Mine de St Priest 17/10/2018

Compte-rendu du cheminement topo mine de Saint Priest par l’entrée dite Fourniol.

Il est 14h lorsque nous envahissons le garage du propriétaire.

Nous sommes nombreux : Jean et Nicole Duc – Julien Génovése – Nathalie Issartel – Christian Quet – Stéphane Heuguerot – Françoise Martinon – Gilbert Platier ainsi qu’un représentant de la CAPCA Alexandre Saussac.

L’équipe topo : la famille Duc aux mires , Christian au lasermètre, Gilbert azimuts et notes. Le reste du groupe va passer devant et explorer un maximum de galeries et tenter de localiser un puits qui permettrait de shunter l’accès Fourniol qui est certes un brave homme, mais les demandes d’accès répétées risquent de le lasser, d’autant qu’on tapisse au retour sa dalle bétonnée d’une jolie couche d’argile ocre bien résistante..

On se glisse dans le caniveau, faisons 2m et nous voilà dans la galerie de mine, celle-ci descend doucement jusqu’au franchissement d’un encadrement de porte. Ici commence l’escalier très raide (45° en moyenne) les 213 marches blanchies par la calcite et comptabilisées par Nathalie nous amènent à la profondeur de –63m. quelques visées puis c’est une salle ramifiée avec éboulis au sol et plafond à la solidité incertaine. Il nous faut la traverser en rampant. Jean préfère ne pas prendre le risque, la famille Duc nous quitte.

Au delà, la galerie est à nouveau relativement sécurit. Le relevé va se poursuivre avec Françoise et Nathalie qui vont nous servir de guide et nous amener vers le fond. Il serait fastidieux et monotone de décrire notre progression, disons pour résumer qu’au bout de quatre heures nous avons 670m de topo pour un point bas de –89m au point ultime atteint, le n°53.

Les bristols de terrain passés à la moulinette de DP Topo nous livrent un surprenant cheminement zigzaguant. Nous partons d’abord vers le Nord puis après un large crochet filons vers le sud-ouest en fermant (presque) une boucle comportant une erreur de précision azimutale de 5m.

Au delà, tirons vers le sud-est avant de se redresser et remonter à l’est-nord-est en direction de l’entrée de mine de Privas. (Ce serait bien de comparer avec la topo de Jean, voir si les galeries côté Privas viennent à la rencontre de celles de Saint Priest).

En ce qui concerne les pertes de l’Ouvèze, en deux endroits les galeries passent sous le lit, (à sec en ce moment) à une profondeur de 60m au-dessous. Il s’agit des points n°15 et 30.

Bien qu’ayant mon GPS avec moi, je n’ai pu valider la position de l’entrée de la mine. Sur carto-exploreur j’ai pu de mémoire la positionner mais c’est à quelques mètres près.

Voilà ce qu’on peut dire pour l’instant. Il faut à présent comparer les plans, essayer de pointer les puits existants s’assurer qu’ils ne sont pas bouchés (et en état) et organiser de nouvelles explorations en orientant nos recherches sur ces derniers.

Gilbert.

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-rendus des sorties, Sorties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.