Camp Mejanne Le Clap les 23 et 24 juin 2018

 

WE du 23/24 juin 2018

MEJANNES LE CLAP

 

Participants : Nathalie, Françoise, Quentin, Stéphane.

 

Le rendez-vous était fixé le vendredi 22 juin au camping les Dolmens à Méjannes le clap.

Je décide de partir tranquille le vendredi matin pour arriver en début d’après-midi pour être le premier au camping et ainsi prendre la meilleur place (qui c’est le patron !…lol).

Dix minutes avant mon départ, message de Cécilia et Julien qui ne peuvent plus venir suite à un contre temps. Je monte donc chez eux récupérer le matos et me voilà partis pépère (un peu comme nos retraités de l’ASP)…

12h40, j’arrive à Méjannes le clap sous un beau soleil et beaucoup de vent. Trop tôt pour le camping que j’ai repéré. Là, je prends une sage décision, je vais boire une bière au village (le trajet m’a donné soif).

Après cette petite pause, je décide d’aller sur Saint Privat de Champclos pour repérer la grotte du Barri. La fiche d’explication datait de 2014 et certains N° de route ou Nom d’hameau avait changé… Mais bon, je finis par trouver le lieu où se garer. Je suis les indications de la fiche (mais toujours pas facile). Au bout d’un moment, je tombe sur une ouverture, mais pas sûr que ce soit l’entrée de la grotte. Je prends donc des photos que j’envoie à un responsable du CDS 30 pour confirmation. Ensuite, je rentre au camping pour les 15h30.

Propriétaire très sympa, me montre nos places. Je repère de suite un emplacement avec deux arbres. C’est décidé, je prends cette place. Ben oui, les deux arbres pour étendre mon hamac où j’ai fait une petite sieste (je m’entraine à être un retraité de l’ASP…). Plus qu’à attendre les autres arrivants.

Message de Quentin en fin d’aprem. Trop de taf, ils viendront demain matin avec les pains aux chocolats.

Message du responsable du CDS 30. Ce n’est pas l’entrée du Barri. Mince, pourtant je ne devais pas être loin. J’essaie de l’appeler pour avoir plus d’explication, mais plus de nouvelles…Pas grave, demain il fera jour.

Arrivée de Nathalie dans la soirée, étonnée de ne pas voir plus de monde. Elle monte son campement et on attaque l’apéro suivit d’un petit repas en tête à tête…On ne va pas se laisser abattre.

Après cette dure journée, au dodo !

Samedi matin, réveil avec le soleil et toujours ce vent. On attaque le petit déjeuner vers 8h. 9h arrivée de Quentin, Françoise et des pains aux chocolats qui se joignent à nous.

Nous discutons du planning de la journée. Je leur explique mon aventure de la veille et j’attends toujours des nouvelles du CDS 30 qui je pense m’a oublié. Je laisse aussi un message à Judi au cas où.

Quentin nous parle de la grotte Estevan-barbette, qu’il aimerait nous montrer. Donc, nous commencerons par ça et ensuite nous retournerons chercher la grotte du Barri pour le lendemain.

Un peu avant 10h, nous arrivons sur les lieux. Nous nous préparons, on mangera à la sortie, vu que ce n’est pas une grosse sortie et que nous nous sommes gavés au petit déj.

Petit puits très sympathique et on en prend déjà pleins les yeux lors de la descente. Je suis surpris par autant de concrétions. Quentin nous fais le guide, sa part dans tous les sens. Arrivée dans une salle, Quentin essaye de m’embrouiller en me montrant une corde remontante en face de nous et me dit avec le sourire : « on remonte par cette corde, c’est un autre passage » ! Je le regarde : « ne me prend pas pour un C**, c’est là où on est descendu… » ! Et monsieur rigole…

Suite de notre expédition jusqu’au fameux laminoir. Effectivement, pas très large. Je m’y engouffre, pas sûr que ce soit par là. Mais des traces de rayure au sol me disent que oui (non, elles ne m’ont pas parlées !). Je continu ma progression avec Françoise derrière qui est venue voir où j’en étais. Une trentaine de mètre plus tard, j’arrive sur une petite étroiture d’environ 3 mètres qui débouche peut être sur une salle, mais je distingue mal tellement que c’est étroit. J’essaie de m’engouffrer, mais dur dur. Comme ce n’est pas sûr que Quentin puisse passer, nous décidons de rebrousser chemin.

Une fois dehors, nous nous rendons à l’autre entrée (barbette) pour vérifier si l’étroiture donnée bien sur une salle. Barbette est moins jolie qu’Estevan, mais bon, c’est une grotte. Une fois dans la fameuse salle, je regarde de plus près cette étroiture. C’était bien ça, je n’étais qu’à quelques mètres de la salle. J’ai essayé de m’y engouffrer, mais de ce côté aussi, dur dur.  TPST environ 5h.

Après ce périple, nous décidons d’aller repérer (une fois encore) la grotte du Barri. En arrivant sur le parking, Françoise et Quentin reconnaissent l’endroit. Ils y sont déjà venus avec nos anciens. Je leur montre d’abord le trou de la veille qui finalement n’est pas l’entrée, mais peut être une seconde ouverture y menant.

Je pénètre dedans, mais au bout 1m50, une étroiture barricadé avec de la ferraille et un mot disant que la cavité était provisoirement fermé suite à des abus constatés.

Après ça, nous partons à la recherche de cette fameuse entrée du Barri. Nous parcourons de long en large l’étendue de la forêt, mais rien. Ce n’est pas perdu, nous avons au moins visité. Sur le retour, je me sépare du groupe en prenant un autre sentier, on ne sait jamais. Pendant que les autres retournent vers la voiture et vont voir un trou que les anciens leur avaient montré. Et devinez quoi, c’était la grotte du Barri, mais ni Françoise ou Quentin le savaient, car les anciens ne leur avaient pas dit le nom… Ben oui, ils ne s’en souvenaient plus…Sans commentaires… lol

Nous retournons au camping pour un apéro bien mérité…

Dimanche matin, rangement du camp pour partir du camping avant 10h. Direction la grotte du Barri (on sait où elle se trouve maintenant…).

Sur place vers 11h, on mange un petit morceau. Comme elle n’est pas grande, nous ne mangeons pas sous terre. Une fois dans la grotte, Quentin et moi cherchons le départ du premier puit (P28) comme indiqué sur la fiche. Nous trouvons des goujons rouillés, des spits en très mauvais état. Quentin me demande d’équiper, car il sent qu’il risque de s’énervé si c’est lui. Effectivement le départ n’est pas évident. Je pars d’un pilier, prends 2 spits qui sont le départ de la main courante et commence à descendre. Je trouve 2 spits pourris, en cherche d’autres autour, mais rien. J’installe une déviation (aidé par Quentin qui en avait déjà marre, car ce n’était pas comme indiqué sur la fiche). Je descends encore, mais ne trouve que des goujons ou spits (tous monopoints, hors d’usages. D’après la fiche, c’était au départ un AN et un spit et c’est tout.  Mais pas possible, car trop de frottement. Nous abandonnons ce puits pour attaquer la vire qui rejoint un P29.

La vire est un peu mieux équipée, hormis la fin où là aussi les spits sont mort. Le groupe me rejoint après la vire, mais on s’arrête là. Je vais voir un peu plus loin en passant au-dessus d’un puit, mais mas mieux au niveau spits ou AN.  Trop dangereux à notre goût, nous décidons d’abandonner (grotte à rééquiper) et d’aller finir la visite de la grotte, dans la partie accessible sans équipements.

La fin de la visite se passe beaucoup mieux, de belles concrétions, Quentin qui jouait à se cacher et trouvé par Nathalie… TPST environ 3h

Après cette aventure, nous trouvons un coin à l’ombre pour manger et repartons chacun chez soi…

Stéphane

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-rendus des sorties, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.