Camp au Chouêt du 13 au 15 Août 2016

CR du camp au Chouêt , du 13 au 15 Août 2016

Personnes ayant passé du temps au camp : Jean et Nicole Duc, Gaëlle, Françoise, Yannick, Céline, Thibault, Jérôme et un ami de passage, Dino.

Samedi :

La troupe arrive au Chouêt vers midi et demi pour certain et vers treize heure trente pour d’autres ayant préféré passer par les routes touristiques ! Les Duc sont déjà sur place et attendent pour le repas. Après différents retardements: oubli de table, pose de manche à air; l’équipe s’active vers 16 heures pour poser une tyrolienne ! Les arbres qui gênent le passage sont coupés sans ménagement.

Céline arrive avec un ami avec qui elle a visité les mines de Privas le matin. « Nous arrivons et empruntons la petite route qui monte au Chouêt ! Nous nous arrêtons à la sortie du tunnel ou la belle surprise nous attends : les barjos, ils montent une tyrolienne ! » Jérôme fait les premiers tests et se pique les fesses dans les sapin: la corde n’est pas assez tendue !

Thibaut qui nous rejoint en avion tourne au dessus du champ, il repère, hésite et décide de se poser. Il pose en douceur dans le champ gentiment « prêté » par les propriétaires !! Les Ducs l’accueillent à l’arrivée.

La tyro est en place, réglée, les plus pressés en profitent et il est temps de filer à l’apéro ! Nous bénéficions du gîte et passons une super soirée après un repas sympa. Coucher à 7H30 du mat.

Dimanche

Réveil de Thibault qui doit repartir avec l’ULM à 6H45, et réveil de la troupe a entre 8H et 9H30 pour les couches tard.

On décolle pour le trou dont Jean-Pierre Lopez nous a tant parlé. En effet, la cavité à l’air prometteuse, après un petit porche, un départ sur la droite nous conduit sur un puits de 12 M, quelques goujons plus tard nous voici dans une belle salle ronde, on voit de très beaux joints de strates marno-calcaire (ce qui ne présage rien de bon).

Un petit passage bas sous une grosse dalle (qui viens du plafond) nous donne accès a une faille superbe, 1 m de large pour un plafond a environ 10 m, on descend un petit éboulis en fond de faille et on butte sur un ressaut de 6 m. Nous remontons car pas assez de matériel à notre disposition et il fait faim!

Arrivé au gite, on mange rapidement et nous voila reparti à 16 H pour la cavité.

17 H à l’entrée du trou et on repart en découdre avec notre faille, le ressaut est conquis et la descente dans la faille continue. Nous somme maintenant à environ -50 quand un puits se présente à nous, la faille a diminué en largeur, environ 0.5 m de large pour un plafond d’environ 20 m.

Le puits fait 15 m et on tombe sur le fond de faille colmaté par des blocs au sol et maintenant elle fait 0.3 m de large, après une courte inspection (je passe plus) on décide de remonter à la surface.

Le fond de faille est estimé à -60.

Retour au gite ou Jean-Pierre et Martine sont invités pour l’apéro et un petit repas sympa autour de la guitare de Céline et Dino. Fin de soirée plus sage car elle se termine à 1H30.

Lundi

Le matin après le petit déjeuner, nettoyage du gite, rangement du matos, et nous voilà de retour à la tyrolienne.

Après vérification des amarrages et de la tension, c’est reparti, on passe et repasse bref on s’amuse.

Patrick Loire nous rejoint avec sa copine et leurs enfants, et je fais un passage en tandem sur la tyro avec le petit Estéban, le gosse s’est régalé.

Il est 12H30, démontage de la bête et rendez-vous chez Jean-Pierre et Martine qui nous ont invités pour le dernier repas en « famille ».

Après ce petit repas qui a duré 3 heures (ils savent recevoir) on décide de lever le camp en promettant de revenir pour venir voir d’autres cavités.

Compte rendu par Céline et Jérôme

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-rendus des sorties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.