Mines de Privas le 30/01/2016

Une exploration inhabituelle pour les spéléos ASP:

la visite d’une mine de fer à Privas.

Le 30 Janvier 2016

Par Gilbert.

Le rendez-vous est donné ce samedi 30 janvier 2016 à 9h30 devant le collège le Ventadour sur la Plaine du Lac. Tous le monde est à peut-près à l’heure. Il fait un temps splendide.

L’effectif se compose de : Gaëlle Biondolillo, Céline Dispagne, Jean Duc, Thibaut Fortin, , Julien Génovès, Françoise Martinon, Gilbert Platier ,Eric Posbikian, Cécilia Roux , son chien ainsi que deux Albenassiens Carole Lequindern, et Yannick Lessard. Soit 12 personnes.

C’est Thibault et Céline qui vont nous servir de guide, ils connaissent les lieux, et si j’ai bien compris leurs explications c’est la fréquentation des ces mines qui les ont amenés à la spéléologie. Céline rajoute que la lecture des bouquins de Jean a contribué à les rapprocher d’un club. Dix heures, on s’équipe sur un parking boueux en chantier sur le bord de route.

L’entrée se trouve dans l’encoignure d’un petit terrain herbeux entouré d’un muret grillagé. Un côté ouvert nous permet de le traverser, il y a d’ailleurs aucun panneau d’interdiction.

IMG_0001

Une ouverture basse cernée par deux tonneaux métalliques donne sur une galerie de petite section où l’on marche courbée (surtout moi), mais ça ne dure pas. Au plafond et sur les murs pendent de petits rhinolophes en hibernation, je ne les compte pas mais il y en a sans doute plusieurs dizaines. On essaie de pas trop crier pour pas les déranger. Deuxième surprise, nous découvrons un concrétionnement qui sans être abondant n’en ai pas moins inattendu dans un tel lieu. A 50 m de l’entrée nous trouvons les premiers micros gours magnifiquement ourlés dans lesquels on peut apercevoir les futures pisolithes ou perles de caverne. Voilà une visite qui commence bien.

IMG_0003 IMG_0005 IMG_0008

Les parois constituées de minerai de fer donne une couleur ocre soutenu. Nous admirons en passant des coulées de calcite d’un blanc très pur, ainsi que d’autres ou le jaune domine coloré par la limonite omni-présente en ce lieu.

IMG_0020 IMG_0012 IMG_0013 IMG_0016 IMG_0017 IMG_0022 IMG_0025 IMG_0026 IMG_0027 IMG_0029

La galerie se met à présent à descendre, souvent recoupée à droite et à gauche par d’autres départs. On trouve de nombreux murs bâtis en pierres sèches, ils ont comme fonction de consolider les plafonds lorsque la galerie prend trop d’ampleur. Les voûtes sont plates au contraire des conduits souterrain naturels dans lesquels nous somme habitués à nous déplacer. Il ne semble pas y avoir de CO2 bien que Eric se plaigne d’un petit mal de tête. Par contre stagne une légère odeur indéfinissable, plus ou moins accentuée par endroit. Cela pourrait être libéré par les nombreux bois couverts de moisissures mais ça ne semble pas venir de là. Je pencherais plutôt pour du caoutchouc brûlé, il y a longtemps.

 

IMG_0031 IMG_0035IMG_0038 IMG_0039

Bien évidemment nous prenons des tas de photos, les contrastes sont superbes. Ici règne une activité carbonaté intense. Même certains étais en bois sont calcifiés, j’ai photographié un rail métallique enrobé d’une épaisse couche de calcite. Et on trouve à certains endroits des draperies ! La mine a cessé son activité dans les années 1950. On peut constater ici à quelle vitesse prodigieuse la nature reprend ces droits.

IMG_0054

IMG_0060 IMG_0042

Nous profitons de cette visite pour faire des tests de boussole. Tout au long du périple j’ai à 5 reprises relevé des azimuts aller-retour afin de vérifier les éventuelles variations de magnétisme. A aucun moment la boussole a été désorientée par le minerai de fer des parois. Ce qui nous laisse penser qu’un relevé topographique peut-être envisagé. D’ailleurs nous avons suivi d’un bout à l’autre de notre visite des vestiges de topofil traînant sur le sol, et comme tout le reste, pris par endroit dans une gangue carbonaté. Vers le point bas du réseau, on trouve stocké de vieux wagonnets, et de nombreux tonneaux dont le bois a fini par pourrir, il ne reste que les cerceaux enchevêtrés formants un cimetière de carcasses hétéroclites. Au delà nous arrivons sur les nappes d’eau qui marque la fin de notre exploration.

IMG_0052

IMG_0057 IMG_0056

IMG_0064 IMG_0071

J’avoue que c’est la curiosité qui m’a incité à venir. Je ne m’attendais pas du tout à ce type de mine, je me voyais enjamber des éboulis dans les galeries noirâtres étayé par des bois à moitié pourris. Eh bien c’était pas du tout ça, et si un jour faut venir topoter ce sera avec plaisir. Nous sommes resté 2h15 sous terre et avons parcouru au mieux 400m. Retour sur le parking ou Julien offre à boire.

IMG_0045 IMG_0044

A bientôt pour de nouvelles aventures. Gilbert.

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-rendus des sorties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.