Souvenir : Les randonnées de Gilbert : épisode 2

Aven GASTONUS, Labastide de Virac.

L’emplacement est connu par les habitants de la région, puisqu’ils y jetaient à une période donnée les ordures qui les encombraient. Ce trou n’avait fait l’objet d’aucune investigation jusqu’à ce que l’Association Spéléologique Privadoise s’intéresse à ce secteur. – En 1987, Gérard Durand, Michel Martel, Michel Masse découvrent lors d’une prospection cette belle ouverture perdue dans la garrigue proche du chemin pentu de la Combe du Lapin. Une première exploration est menée. Outre les déchets dont on a déjà parlé, un départ de puits est repéré à la cote -23, avec au fond devinez quoi ? Le cadavre d’un sanglier ! – Ces découvertes qui auraient du en principe rebuter des gens normaux, encourage au contraire nos trois spéléos à envisager deux choses. La première, organiser une expédition nettoyage, la deuxième y entreprendre une expédition désobstruction. – A l’ASP on fait les choses avec méthode. Gérard Durand président en exercice écrit au maire de la commune de Labastide de Virac pour lui signaler le projet de dépollution, et lui envoie un joli dossier bien constitué de photos, topo, et d’extrait IGN. Non seulement il obtient l’approbation du conseil municipal, mais décroche une subvention, ainsi que l’autorisation de camper sur un terrain à proximité. L’opération débute le 28 mars 2009 en compagnie du club des Dahuts. Une vingtaine de sacs sont tirés à l’extérieur, ainsi que les inévitables vieux pneus, et bidons d’huiles percés qui encombrent la base du puits. – On ne saurait trop comment l’expliquer mais dans les éboulis une pièce de monnaie de petite dimension, est trouvée par Papouze. Une fois décapée est astiquée un nom apparaît GASTONUS, c’est peut-être un empereur Romain ? Le traité des monnaies consulté nous apprend que la pièce daterait de 1640, tant pis pour la Rome antique. On cherchait un nom de baptême, en voila un. – Toujours 2009, Jérôme et Sarah Sauvebelle lève la topographie de l’aven, alors que les travaux de consolidation destinés à la désobstruction du puits débutent. D’abord faut évacuer le cadavre du sanglier. Gilbert se dévoue. Dès qu’il touche la peau celle-ci lui reste dans les mains, les os s’éparpillent dans les éboulis, alors que les poils volettent dans l’espace restreint. Beurk… – Pâques 2010, nous sommes vingt installés sur le terrain du maire. Camping-cars garés en rangs d’oignons, Guitounes plantés à proximité, marabout érigé, vraiment les grands moyens. A la logistique irréprochable du campement faut ajouter les moyens non moins illimités mobilisés pour la désobstruction. Yves a amené son groupe électrogène, qui sera véhiculé jusqu’au trou par le 4 x 4 de Patrick. La sente à peine visible qui termine le parcours est élargie, les buis et arbustes qui gênent sont débités à la tronçonneuse ; tandis que les bosses sont aplanies (nooon, pas au bulldozer quand même) mais à coup de bottes. Oui, bon d’accord mais que se passe-t-il sous terre ? Eh bien c’est triste à dire, mais une fois le puits du sanglier étayé, un boyau terreux qu’Alain Mulher eu beaucoup de mal à franchir, lui permit d’atteindre une fissure remontante impénétrable. Le minuscule courant d’air ressenti s’avéra être un cercle de convection. Ces micros phénomènes atmosphériques hélas bien connus, sont toujours particulièrement déprimant pour les spéléologues en mal de découverte. Le chantier s’arrêta là. Pour noircir davantage le tableau, la pluie qui menaçait se mit à tomber sans discontinuer. Adieu, veaux, vaches, cochons … Il fallait déchanter, déséquiper et se replier sous le marabout. Epilogue : les travaux furent logiquement abandonnés. Le secteur a retrouvé son calme, les arbustes ont sans doute commencés à repousser, et le topographe qui sommeille en moi, pense qu’il y a un plan à terminer. Comme quoi, rien dans l’espace temps n’est jamais complètement achevé.

Qu’elle belle journée!

1 quelle belle journée Faut prendre des forces… 2 faut prendre des forces

Concentration pour bien pousser la carriole…

3 concertation pour bien pousser la carrioledes grands moyens mis en oeuvre on vous l’a dit

4 des grands moyens mis en oeuvre on vous l'a dit

P…, ça monte, mais où sont les autres5 P..., ça monte, mais où sont les autres

l’entrée, Jérôme attaque la descente le photographe n’est pas clair…la qualité de la photo laisse encore à désirer

6 l'entrée Gérôme attaque la descente le photographe n'est pas clair          7 la qualité de la photo laisse encore à désirer

8  le puits vu du petit relaile puits vu du petit relai

Consolidation sous forme de gabion un travail de spécialistes10 Consolidation sous forme de gabion un travail de spécialistes                                                 11 vue générale du travail accompli

vue générale du travail accompli

Voyons voir comment c’est y que je vais m’y prendre

12 Voyons voir comment c'est y que je vais m'y prendre

13 non, j'y arriverai pas comme ça          14 Et voila le travail, un bras devant c'est mieux

non, j’y arriverai pas comme ça                           Et voila le travail, un bras devant c’est mieux

Ambiance au repas du soir, seul Jeannot y croit encore

15 Embiance au repas du soir, seul Jeannot y croit encore

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-rendus des sorties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.