St-Marcel, initiation le 31/05/2015

Sortie initiation à Saint Marcel

Participants: Jérôme Loire, Stéphane Heuguerot, Céline Dispagne, Thibaut Fortin, Alain Mulher, Gaëlle Biondolillo et 17 personnes en initiation amené par Alain Mulher!

A vos marques… Prêts!

Ce dimanche de la fête des mères, nous avons emmené 17 personnes à la découverte de la spéléologie à Saint Marcel d’Ardèche. Nous sommes rentrés sous terre vers 9h30 après avoir attendu les retardataires dont je ne faisait pas partie! Etant 6 spéléo fédérés, nous avons mis nos baudriers puis avons équipé nos aventuriers de casques et de frontales.

Nous avons tranquillement traversé le tunnel nous menant à l’échelle. Il n’y avait pas une seule chauve-souris dans la cavité… étrange… Enfin pas tant que ça: Nous fûmes surpris de voire qu’une grille de sécurité avait été posé aux dessus de l’échelle qui se trouve à quelque mètre de l’entrée naturel. Le raffut que cette installation a du faire fuir nos amis les chauves- souris.


Enfin sous terre!

Le passage de l’échelle étant sécurisé, nous allions plus vite qu’à l’ordinaire pour faire monter les personnes. Nous continuons notre marche. Jérôme a installé des mains courantes juste avant la partie aménagée pour facilité l’ascension à nos novices.

Nous avons traversé la parties aménagées assez rapidement et arrivée au bout, nous avons eu la surprise de voir qu’elle était ouverte. Nous avons donc commencé la visite du réseau non aménagé à la lumière des éclairages industriels. Un peu plus loin, je vis un trou dans le bas d’une paroi que je ne connaissais pas. Je le dit à Jérôme. OHHH, lui non plus ne connaissais pas. On ne pouvais pas y aller, vu qu’on avait les 17 personnes avec nous.

Jérôme me lança qu’on devais avancer et discrètement il me dit « vas y avec quelqu’un!« . Je retins Thibaut par le bras, et nous laissions tous le monde avancer devant nous. A l’abri des regards, je m’engouffrais dans l’étroiture suivie de Thibaut. Le passage était très étroit, j’étais à plat ventre. Je disais à Thibaut d’attendre de voir que personnes ne nous suivaient et qu’il pouvait me rejoindre. Je ne rampais pas très loin, le passage était encore plus étroit et je n’étais pas sur que Thibaut puisse me suivre ou mieux qu’il puisse m’aider si je me coinçais.
Quand on ressorti de là, trois de nos néophytes nous attendais (oups). On était couverts de boue… La dame qui attendait me dit: « le chef avait dit non« . Je souris et répondis : »il a dit non devant tous le monde et oui derrière ! » On rattrapa le groupe au gours un peu plus loin. Un des spéléos nous demanda pourquoi on était plein de boue. On répondit : « J’ai glissé chef ! »

On continua notre balade tranquillement. Avant la salle à manger, une des dames eut un petit soucis physiologique… Jérôme me demanda de m’en occuper. On laissa le groupe avancer et je lui expliquais comment s’y prendre sous terre… On rejoint le groupe et continuait la balade. En cas de problème… Appelez-moi Madame Pipi…

Repas… et café s’il vous plaît!

On pris notre repas à la salle à manger. Un peu avant la fin du repas, Jérôme partit équiper le lac accompagné de Céline et Thibaut. Je restais avec Stéphane et Alain pour préparer le café et le chocolat chaud. Eh oui, on les traite bien nos « touristes souterrains ». Une fois que tous le monde fut servi, j’apportais son café à Jérôme au lac (trop bien le parcours du combattant pour un café). Ça ne peut pas toujours être Thibaut le faux cul du chef !

On se baigne ou on passe au dessus?

Je retournais de l’autre côté et on pliais les sacs pour rejoindre le lac. Là, deux dames viennent me dire qu’elles ne se sentaient pas de continuer. On laissait tous le monde partir. Et Jérôme me rejoins pour nous dire qu’il fallait traverser. Je souris juste et il me dit : « OK à tout à l’heure! ». 

Je repris la route en sens inverse avec les deux dames. Nous faisions donc une pause « pipi ». Et on profita de se mettre quelques minutes dans le noir. On pris le chemins du retour doucement à leur rythme. J’en profitais pour m’arrêter un peu partout. Saint Marcel est pleine de surprises. Il y a toujours des choses à voir. Les deux dames étaient ravies de leur balade. Et moi je commençais à m’inquiéter. L’autre groupe était étonnamment long.

Nous croissions Nicolas qui fait des visites payantes de Saint Marcel. Il me demanda si j’étais perdu. Je manquais de lui répondre que oui et que si il avait une boussole ça m’arrangerais… Je me retins et lui répondit juste qu’on se promenaient et l’avertissait qu’il allait rencontrer nos amis un peu plus loin. Sur une petite boutade, je lui demandais de leurs dire qu’on allais bien !

Nous étions presque qu’au gourd quand je demandais au dames d’aller faire une dernière pause « pipi ». L’autre groupe serait là rapidement. Elles firent leur petite pause et moins de 2 minutes après nos collègues nous rejoignaient.


Le reste du groupe a bien profité de sa visite, traversant le lac à l’aide de mains courantes et de l’appui de nos Spéléos. Après quelques chamailleries, Stéphane revins avec de la glaise dans l’oreille et Céline avait apparemment trempé les fesses dans le lac de manière involontaire… La bonne humeur avait bien fait rire nos invités!

Il faut bien rentrer!

Nous avancions a un bon rythme pour rejoindre la partie aménagée. Quand nous arrivions à l’endroit pour nettoyer nos bottes, nous croisions une visite de la partie touristique. Nous respections cette visite et la suivions à bonne distance. Ceux qui nous a pas empêché de leur faire une haie d’honneur au moment ou nous devions nous croiser.

Nous redescendions sans problème dans le réseau et arrivions à l’échelle. Jérôme commença à faire descendre les personnes. Il me regarda et me dit : « c’est bon je sais ce que tu veux ! » . Et oui, Jérôme sais ce que veulent les femmes ! » haha… Il m’installa une corde pour que je puisse descendre en rappel. Céline me suivit et Stéphane en fit de même avec les kits et Jérôme nous rejoint en descendant sans descendeur ! Il avait prêté le sien à Céline. Et il essaya de faire suivre la corde. Sur ce petit exploit applaudi, nous sortions de la cavité.

Jérôme s’arrangea pour être le premier à la porte. Il donna une rose à chaque femmes qui sortaient. Vive la fête des mamans ! Même Céline et moi qui ne sommes pas maman avons eu notre rose.

Conclusion, cette sortie nous à valu un petit pourboire, une journée fort sympathique et la confirmation qu’ils sont bien nos hommes à Privas !

Publicités
Cet article a été publié dans Comptes-rendus des sorties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.